Sorceleur Wiki
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Le '''Massacre de Tridam''' ou l''''ultimatum de Tridam''' est un évènement qui se passa trois ans avant la nouvelle [[Le Moindre Mal]]. Le baron de Tridam détenait des brigands enfermés dans ses cachots. Leurs camarades, dont [[Civril]] aurait fait partie, paraît-il, se sont emparés d’un bac avec plein de pèlerins à son bord, c’était au moment de la Saint-Nis, et ils ont exigé du baron qu’il libère les brigands. Le baron, on peut le comprendre, a refusé ; alors, ils ont commencé à assassiner les pèlerins, les uns après les autres. Avant que le baron mollisse et libère leurs camarades prisonniers, ils en avaient jeté plus d’une dizaine par-dessus bord. Ensuite, le baron a été menacé d’exil et même de la mort. <ref name=":0">''[[Le Moindre Mal]]''.</ref>
 
Le '''Massacre de Tridam''' ou l''''ultimatum de Tridam''' est un évènement qui se passa trois ans avant la nouvelle [[Le Moindre Mal]]. Le baron de Tridam détenait des brigands enfermés dans ses cachots. Leurs camarades, dont [[Civril]] aurait fait partie, paraît-il, se sont emparés d’un bac avec plein de pèlerins à son bord, c’était au moment de la Saint-Nis, et ils ont exigé du baron qu’il libère les brigands. Le baron, on peut le comprendre, a refusé ; alors, ils ont commencé à assassiner les pèlerins, les uns après les autres. Avant que le baron mollisse et libère leurs camarades prisonniers, ils en avaient jeté plus d’une dizaine par-dessus bord. Ensuite, le baron a été menacé d’exil et même de la mort. <ref name=":0">''[[Le Moindre Mal]]''.</ref>
   
Les uns lui reprochaient d’avoir attendu, pour céder, que tant de gens aient été tués. Les autres semèrent le trouble en disant qu’il avait commis un Mal suprême, que c’était un pré… un précédent ou quelque chose comme ça, qu’il aurait fallu tirer à l’arbalète sur les brigands, tant pis pour les otages, ou lancer l’assaut et ne pas céder d’un pouce. Le baron a déclaré au tribunal qu’il avait choisi un moindre Mal parce qu’il y avait à bord du bac plus d’un quart de cent d’hommes, des femmes et des enfants.<ref name=":0" />
+
Les uns lui reprochaient d’avoir attendu, pour céder, que tant de gens aient été tués. Les autres semèrent le trouble en disant qu’il avait commis un Mal suprême, que c’était un précédent ou quelque chose comme ça, qu’il aurait fallu tirer à l’arbalète sur les brigands, tant pis pour les otages, ou lancer l’assaut et ne pas céder d’un pouce. Le baron a déclaré au tribunal qu’il avait choisi un moindre Mal parce qu’il y avait à bord du bac plus d’un quart de cent d’hommes, des femmes et des enfants.<ref name=":0" />
   
 
== Notes et références ==
 
== Notes et références ==

Version actuelle datée du 31 octobre 2018 à 18:38

Le Massacre de Tridam ou l'ultimatum de Tridam est un évènement qui se passa trois ans avant la nouvelle Le Moindre Mal. Le baron de Tridam détenait des brigands enfermés dans ses cachots. Leurs camarades, dont Civril aurait fait partie, paraît-il, se sont emparés d’un bac avec plein de pèlerins à son bord, c’était au moment de la Saint-Nis, et ils ont exigé du baron qu’il libère les brigands. Le baron, on peut le comprendre, a refusé ; alors, ils ont commencé à assassiner les pèlerins, les uns après les autres. Avant que le baron mollisse et libère leurs camarades prisonniers, ils en avaient jeté plus d’une dizaine par-dessus bord. Ensuite, le baron a été menacé d’exil et même de la mort. [1]

Les uns lui reprochaient d’avoir attendu, pour céder, que tant de gens aient été tués. Les autres semèrent le trouble en disant qu’il avait commis un Mal suprême, que c’était un précédent ou quelque chose comme ça, qu’il aurait fallu tirer à l’arbalète sur les brigands, tant pis pour les otages, ou lancer l’assaut et ne pas céder d’un pouce. Le baron a déclaré au tribunal qu’il avait choisi un moindre Mal parce qu’il y avait à bord du bac plus d’un quart de cent d’hommes, des femmes et des enfants.[1]

Notes et références[]

Références[]