Sorceleur Wiki
Sorceleur Wiki

Les druides sont des utilisateurs de magie, spécialisés dans la magie naturelle.

Druides notables[]

Autres druides

Cercles de druides[]

Sous la plume de Sapkowski[]

[...]Il rendit visite aux druides du Cercle d’Angren, ceux qui avaient pris soin des orphelins de guerre. Le corps d’un des druides fut retrouvé quelque temps après dans un bois alentour, massacré et portant des traces de torture. Ensuite, on a vu Rience à Zarzecz…
Le Temps du Mépris, Chapitre 1.


— Les druides du Cercle de Kovir, reprit le magicien un instant plus tard, m’ont trouvé dans le caniveau à Lan Exeter. Ils m’ont ramassé, m’ont élevé. Pour être druide, cela va sans dire. Tu sais ce qu’est un druide ? C’est une espèce de mutant, de vagabond, qui va de par le monde et s’incline face au saint chêne.
Le Temps du Mépris, Chapitre 3.


— Elle est bien plus jeune, assura le vampire avec son sourire énigmatique. D’ailleurs, les druides sont immortels. Ils sont toujours dehors à profiter du bon air, au milieu de la nature immaculée, primitive, et cela influe considérablement sur leur santé. Respire à pleins poumons, Jaskier, imprègne-toi de l’air de la forêt, et toi aussi tu seras en pleine forme.
— Si je remplis mes poumons de cet air-là, dit Jaskier avec une pointe d’ironie, je vais bientôt me couvrir de poils, par la peste. La nuit, je rêve d’auberges, de vin et de bains publics. Quant à la nature primitive, qu’une peste tout aussi primitive l’emporte ! Du reste, j’ai des doutes concernant son influence bénéfique sur la santé, surtout sur la santé psychique. Les druides en sont le meilleur exemple, car ce sont des cinglés d’hypocondriaques. Ils sont complètement zinzins, comme en témoignent leurs histoires de protection de la nature. Combien de fois ai-je été témoin des pétitions qu’ils ont envoyées aux autorités ? Pour faire interdire la chasse, l’abattage des arbres, le rejet du purin dans la rivière et autres bêtises du même acabit. Leur stupidité a atteint son comble quand, accoutrés de leurs couronnes de gui, ils se sont rendus au grand complet chez le roi Ethaïn à Cidaris. J’y étais justement…
— Que voulaient-ils ? s’enquit Geralt, curieux.
— Comme vous le savez, Cidaris est un royaume où la pêche est le moyen de subsistance de la majorité de la population. Les druides sont arrivés en exigeant que le roi donne l’ordre aux habitants d’utiliser des filets dotés d’une largeur de mailles bien spécifique, et qu’il punisse sévèrement ceux qui se serviraient de filets aux mailles plus petites que celles qu’ils préconisaient. Ethaïn faillit en tomber à la renverse ! Et les cueilleurs de gui de lui expliquer que ces mailles étaient l’unique moyen de préserver les fonds poissonneux sur le long terme. Le roi les fit alors sortir sur la terrasse, leur montra la mer et raconta comment jadis l’un de ses plus hardis navigateurs, après avait vogué durant deux mois vers l’ouest sans apercevoir la moindre terre à l’horizon, avait dû rebrousser chemin, ayant épuisé ses réserves d’eau douce. Les druides se figuraient-ils que l’on puisse épuiser les fonds poissonneux d’une mer aussi vaste ? Les cueilleurs de gui répondirent par l’affirmative. Selon eux, même si la pêche en mer allait sans aucun doute perdurer en tant que moyen de subsistance puisant directement dans les ressources de la nature, le temps viendrait où les poissons se feraient plus rares, la faim alors menacerait. Et, inévitablement, il faudrait se servir de filets aux mailles plus grandes pour pêcher, et ainsi attraper des poissons adultes pour sauvegarder le fretin. Ethaïn demanda quand surviendrait cette terrible période de famine. « D’ici deux mille ans selon nos pronostics », affirmèrent les druides. Le roi prit gentiment congé d’eux en leur demandant de revenir d’ici un ou deux milliers d’années ; alors il aviserait. Les cueilleurs de gui ne comprirent pas la plaisanterie et commencèrent à se rebiffer ; aussi furent-ils mis à la porte.
— Ils sont comme ça, ces druides, confirma Cahir. Chez nous, à Nilfgaard…

Le Baptême du Feu, Chapitre 7.


[...]Il se permit de demander à ses interlocuteurs ce qu’ils voulaient aller faire là-bas, mais, devant leur silence méprisant, il avertit les deux compagnons qu’ils se feraient tuer à coup sûr s’ils se rendaient à la chênaie des druides, ces derniers ayant coutume d’attraper tout intrus, de le fourrer dans une Baba d’Osier et de le brûler vivant, accompagnant le rituel d’oraisons, de chants et d’incantations.[...]
La Tour de l'Hirondelle, Chapitre 5.


—Ce n’est pas un homme, mais une femme, précisa-t-il. Effectivement, oui, elle est parmi eux. Elle a même eu une promotion. C’est elle qui dirige le Cercle à présent.
—Une hiérophante?
—Une flaminique. Chez les druides, c’est le terme employé lorsque la fonction la plus élevée est occupée par une femme. On parle de hiérophante uniquement lorsqu’il s’agit d’un homme.

La Tour de l'Hirondelle, Chapitre 7.


Notes et références[]

Notes[]


Références[]