Sorceleur Wiki

Sub-Pages:

Adda la Blanche était la fille du Foltest, roi de Temeria et de Adda de Temeria.

Apparence et caractère[]

Adda la Blanche était plutôt laide et toute menue. Ses cheveux, d’un roux fauve, lui descendaient presque jusqu’à la taille. [1].

Adda la Blanche dans la saga[]

Avant Le Sorceleur[]

Née des suites de l'union incestueuse de son père, Foltest avec sa propre sœur Adda de Temeria. Peu de personne ont assisté à sa naissance. Mais l'une des deux accoucheuses s’est jetée par une fenêtre du donjon. Quant à l’autre, elle a eu un coup de folie et en est restée timbrée. L'enfant mourut aussitôt ; personne, semble-t-il, ne s’était empressé de nouer son cordon ombilical. Sa mère, pour son bonheur, est morte en couches. Puis ensuite, Foltest joua les imbéciles, pour la énième fois. Il garda l'enfant dans un sarcophage, dans les souterrains du palais.[1]

Dans Le Sorceleur[]

Quelques années plus tard, l'enfant réapparut sous la forme d'un monstre, une strige, qui semait la terreur et la mort dans les environs. Le roi Foltest fit placarder sur tous les panneaux d'affichage de la Temeria l'offre d'une forte récompense à quiconque parviendrait à lever la malédiction. Tous ceux qui s'y sont essayé sont morts, sauf un sorceleur, Geralt de Riv, qui parvint à la sauver, lui rendant de ce fait son humanité. Elle avait quatorze ans à ce moment là. [1]

Après Le Sorceleur[]

Peu de temps après, ses cheveux sont devenus entièrement blancs.[2]Et le scandale incestueux reprit de plus belle. Dans de telles conditions, aucun monarque ou aristocrate n'avait l'intention d'épouser la fille de Foltest. Adda la Blanche est officiellement considérée comme l'héritière du trône de Temeria, mais a clairement un retard mental et est handicapée. L'avenir de la dynastie temerienne, commencée par Geddes, est incertaine.[3]

Sous la plume de Sapkowski[]

— L’affaire est grave, roi. Il y a un grand risque. Aussi écoutez-moi : la princesse devra toujours porter un saphir, de préférence avec une inclusion, qui sera suspendu à son cou par une chaînette en argent. Elle devra le porter tout le temps. Jour et nuit.
— Qu’est-ce que c’est qu’un saphir avec une inclusion ?
— C’est un saphir avec une petite bulle d’air à l’intérieur de la pierre. En outre, il faudra de temps en temps faire briller dans la cheminée de la chambre où elle dormira, des branches de genévrier, de genêt et de coudrier.

— « Le sorceleur », dans la collection Le Dernier Vœu, Chapitre ?.

Elle était plutôt laide. Toute menue, avec des petits seins pointus, sale. Ses cheveux, d’un roux fauve, lui descendaient presque jusqu’à la taille. Posant la lanterne sur la dalle, il s’agenouilla près de la fille et se pencha sur elle. Elle avait les lèvres pâles ; le coup qu’il lui avait asséné avait laissé un gros hématome sur ses pommettes. Geralt posa son glaive et retira son gant pour lui retrousser la lèvre supérieure sans plus de cérémonie. Elle avait des dents normales. Il chercha sa main plongée dans ses cheveux emmêlés. Il allait palper cette main quand il aperçut ses yeux ouverts. Trop tard.
— « Le sorceleur », dans la collection Le Dernier Vœu, Chapitre ?.

— La princesse est comme toutes les princesses. Elle est maigre et un peu bébête. Elle pleure tout le temps et pisse au lit. Mais Foltest dit qu’elle va changer. Je ne pense pas qu’elle change en pire, hein, Geralt ?
— « Le sorceleur », dans la collection Le Dernier Vœu, Chapitre ?.

— Mais moi je sais, se vanta Tiziana Frevi. Et je m’étonne que vous n’en ayez pas entendu parler, parce que cela a fait grand bruit. Cette récompense a été promise par Foltest, le roi de Témérie. Pour désensorceler sa fille. Piquée par un fuseau et plongée dans un sommeil éternel, la pauvre petite, d’après ce qu’on raconte, repose à l’intérieur d’un cercueil dans un castel envahi par les ronces. Selon une autre rumeur, le cercueil serait en verre et aurait été placé au sommet d’une montagne de verre. D’après une autre rumeur encore, la princesse aurait été transformée en cygne. Ou en terrible monstre, dit-on aussi, en stryge. À cause d’une malédiction, car la princesse serait le fruit d’une relation incestueuse. Ces ragots auraient apparemment été imaginés et seraient colportés par le roi Vizimir, le roi de Rédanie, qui a des différends territoriaux avec le roi Foltest ; ils sont très fâchés, et il ne sait plus quoi inventer pour le tourmenter.
— Cela ressemble en effet à des inventions, estima Geralt. Basées sur des contes ou des légendes populaires. Une princesse ensorcelée et transformée, une malédiction comme punition d’un inceste, une récompense pour un désenchantement. C’est classique et banal. Celui qui a inventé ces histoires ne s’est pas beaucoup fatigué.
— Tout cela, bien entendu, a une finalité politique évidente, ajouta la dwimveandre, c’est pourquoi le Chapitre a interdit aux magiciens de s’engager dans cette affaire.

La Saison des Orages, Chapitre ?.


Notes et références[]

Notes[]


Références[]